Mes essentiels pour l’été

Gommage corps : Lors dès les premiers rayons de solaire, afin d’avoir un beau bronzage et de le garder plus longtemps, je fais un gommage sur l’ensemble de mon corps.
J’utilise depuis peu, le gommage végétal à la poudre d’abricot de chez Yves Rocher.
J’adore son odeur et ces grains, je l’utilise sur peau sèche pour un meilleur résultat environ une fois par semaine.

Crème hydratante corps : The body shop est une marque que j’affectionne beaucoup, leurs produits sont très efficaces, leurs odeurs à tomber et c’est une marque non testée sur les animaux.
J’ai jeté mon dévolu sur le beurre corporel au Pamplemousse rose, ça fait maintenant des années que je l’achète, je ne me lasse absolument pas de cette odeur fruitée qui est parfaite pour l’été et qui hydrate un maximum la peau, été comme hiver.

Crème solaire corps : Comme je vous l’avais expliqué dans l’article « Les grains de beauté sont-ils si beaux ? »  Il est impossible pour moi de sortir sans une crème solaire haute protection, même si je dois éviter un maximum l’exposition au soleil.
Sous les conseils de mon médecin, j’ai acheté la crème solaire Photoderm max SPF 50+ de chez Bioderma. C’est une brume solaire qui s’applique à 20cm de la peau et qui ne nécessite pas de l’étaler. J’aime beaucoup cette crème solaire, elle protège vraiment très bien du soleil contrairement à ce que l’on peut trouver dans les grandes surfaces.
Le seul point négatif c’est qu’elle ne protège pas la nature et les coraux.

Crème solaire visage : Comme pour le corps, je protège un maximum mon visage du soleil et cela passe donc par l’application d’une crème solaire avec un SPF 50.
Celle que j’utilise est celle d’Yves Rocher « Crème solaire peau parfaire anti-brillance », et oui rien que ça.
L’odeur de monoï, la texture de cette crème sont vraiment très agréables, elle fait bien son travail et protège bien la peau des coups de soleil, cependant, je trouve qu’elle fait briller la peau, je ne suis peut-être pas le bon exemple car j’ai la peau mixte à grasse, mais pour mon cas, le côté anti-brillance, on repassera !

Chapeau : Mon indispensable pour éviter les mots de tête, le soleil qui cogne trop fort sur la tête, mais aussi car j’ai les yeux fragiles et que souvent les lunettes de soleil ne me protègent pas à 100%.

Vernis : Pour moi l’été rime avec vernis, forcement on met de sandales et autant je ne mets plus de vernis à mes mains, car il s’écaille trop vite ou alors je n’ai pas le courage d’attendre 30-45 min qu’il sèche, mais alors je ne me vois pas ne pas mettre de vernis à mes pieds.
Et le vernis que je mets le plus et que je rachète à chaque fois c’est le numéro 300 « Glastone-berry » de chez Rimel en collaboration avec Rita Ora, un rouge orangé qui s’accorde avec tout, parfait pour l’été !

Livre : « Il est grand temps de rallumer es étoiles »de Virginie Grimaldi

Résumé : Anna, trente-sept ans, croule sous le travail et les relances des huissiers. Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À dix-sept ans, Chloé a renoncé à ses rêves pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Lily, du haut de ses douze ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.
Vous connaissez ma passion pour les voyages et pour les livres de Virginie Grimaldi, alors quand j’ai lu le résumer de celui-ci, je me suis empressé d’aller l’acheter.
Je le garde bien précieusement pour les journées plages ou détente sur la terrasse.

« Avant toi » de Jojo Moyes

Résumé : Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.
C’est tout simplement le livre tiré du film « Me Before you » qui est mon film romantique préféré et dont j’ai entendu beaucoup parlé de la trilogie de livre.

Podcast : Pour aller au travail, je prends les transports en commun et ces derniers temps, j’en avais un peu marre d’écouter de la musique, alors j’ai commencé à écouter des podcasts.
Plus précisément ceux de deux auteurs : Victoria du blog Mangoandsalt et ceux de Michael Pinatton de Traverser la frontière.

Victoria avec sa voix si apaisante, nous raconte les choses qu’elle a aimées, sa vie d’expatrier à Amsterdam ou encore, comment faire des boutures de plante.

Et Michael, expert en voyage, va à la rencontre de voyageurs, pour faire des interviews sur leurs vies et sur leur passion du voyage

Et vous, quels sont vos essentiels pour l’été ?

Publicités

Mes bonheurs du mois de Juin

Le mois de Juin est déjà terminé, je ne l’ai pas vu passer pour être honnête.
C’est toujours la période chargée avec le travail et le moment des planifications pour les vacances.

Mon amie Anne, du blog breakfast at chanel starring anne m’a offert pour mon anniversaire le numéro trois des liquides mats sans transfert de chez Sephora, une jolie couleur framboise, parfait pour cet été et qui fait également ressortir les yeux bleus.
Pendant les soldes, j’ai aussi craqué sur cette jolie palette (102) de la collection New Green de chez kiko. Ça fait très longtemps que je n’avais pas acheté de palette et que je ne porte plus beaucoup de maquillage, mais ce sont des teintes que je n’avais pas et qui me plaisait.

Comme cadeau pour la fête des mères j’avais réservé deux jours et une nuit dans le Mont Saint-Michel, à l’heure où je vous écris cet article, je rentre de ce fabuleux week-end mère/fille.
Un moment qui nous a fait beaucoup de bien à toutes les deux et qui nous a parmi d’échapper quelques heures à la canicule.

Ce mois-ci pour mon grand bonheur, j’ai gardé mon petit chien, Cookie, un chihuahua croisé papillon.
Aussi mignon que gueulard, j’ai recueilli Cookie il y a maintenant 4 ans dans une clinique vétérinaire alors qu’il venait d’être abandonné dans une caisse de transport.
De son abandon, il a gardé des « séquelles » psychologique surtout vis-à-vis des hommes avec qui l’entente est très difficile. Il lui a fallu facilement 2 ans avant de ne plus avoir peur de mes grands-frères.
Malheureusement j’ai confié Cookie à ma mère, la où il a ses habitudes, avec qui il s’entend à merveille et également, car je n’ai pas la possibilité de rentrer manger le midi et que je ne souhaitais pas le laisser enfermer toute la journée dans mon appartement sachant que ma mère à plusieurs pauses dans sa journée.

Depuis le temps que j’attendais, Netflix à afin sorti la saison 2 de Good Girl, je vous en avez parlé dans cet article « Les 5 séries qui mettent en avant les femmes ».
Je retrouve les trois femmes autant déjanté que dans la 1ere saison et j’espère vraiment une saison trois !

Et j’ai également eu un coup de cœur pour le film « Écrire pour exister » disponible sur Netflix, tirée d’une histoire vraie, une jeune enseignante demande aux élèves d’une classe difficile de tenir un journal sur leur vie tout en lisant des œuvres classiques telles que « Le journal d’Anne Franck ».

Et vous, quels ont été vos bonheurs de ce mois-ci ?

Mon coup de cœur pour Gand

Après Bruxelles, on a décidé de s’arrêter à Gand. Située au nord-ouest de la Belgique, cette ville portuaire sera ravir tout le monde entre visite de lieu historique, moment de détente sur les quais, bonne ambiance grâce à population jeune et ses bars avec ses nombreuses références de bières.

J’ai eu un gros coup de cœur pour cette ville, son charme très typique a réussie me charmer alors j’ai décidé de vous emmener avec moi, pour une balade dans Gand.

Le pont Saint-Michel avec vue sur les 3 tours : Ce point regroupe les monuments emblématiques de Gand : les Graslei et Korenlei avec l’Ancien Marché aux Poissons, au loin le Château des Comtes, l’Église Saint-Michel, et la célèbre rangée de tours.
Ici se trouvait autrefois un pont tournant plat, qui a été remplacé au début du 20e siècle par ce pont en pierre. Au centre de l’arc trône un majestueux lampadaire, avec la statue en bronze de Saint-Michel.

Pour la petite histoire, on est venu manger une gaufre sur les quais et un groupe de garçons qui fêtaient un enterrement de vie de garçons s’amusaient à sauter du pont pour atterrir dans les Graslei et Korenlei.

Les quais Graslei & Korenlei : Le cœur du centre-ville historique de Gand. A partir du 11e siècle, les activités commerciales se développent le long de ces quais, qui deviennent le port de la ville.
N’hésitez pas à vous y balader le soir : Les lumières crée avec de nombreux lampadaires donne un tableau féérique et même romantique.
En tout cas, une très bonne ambiance se dégage de ce lieu où les gens viennent boire un verre, pique-niquer ou profité de ce joli coin et se détendre entre amis.

Le Beffroi : classé au patrimoine de l’UNESCO, il est la deuxième tour du célèbre trio, situé entre la Cathédrale Saint-Bavon et l’Église Saint-Nicolas. Un dragon ardent, fier symbole et mascotte de la ville, veille sur le cœur historique de Gand.
Le Beffroi symbolise la prospérité et l’indépendance de la ville. La construction de la Halle aux Draps, qui jouxte le Beffroi, s’est achevée en 1907. Le style gothique brabançon de la Halle rend hommage à l’artisanat auquel cette ville doit tant. À l’angle de la Halle aux Draps, vous découvrirez l’ancienne maison du geôlier.

Cathédrale Saint-Bavon : Cette cathédrale, la plus ancienne église paroissiale de Gand a été construite sur les vestiges d’une première église du 10e siècle et d’une église romane du 12e siècle dédiée à Saint jean Baptise.
La tour de la Cathédrale Saint-Bavon est uniquement accessible pendant les Fêtes de Gand. Grimpez-en les marches, pour une vue imprenable sur ce festival populaire unique au cœur de Gand.

l’Abbaye Saint-Bavon : Au 7e siècle, Amand de Gand érigea à cet endroit l’abbaye Saint-Bavon pour tenter de convertir les habitants de Ganda.
Au 11e siècle, elle connut sa période de gloire. En concurrence avec l’abbaye Saint-Pierre toute proche, elle évolua en un domaine comprenant notamment une église abbatiale, dont le « plus ancien mur de Gand » est toujours debout.

Aujourd’hui, la forme de l’église romane d’origine a été reproduite à l’identique avec des arbrisseaux. Une colonne de 5 mètres de charmes évoque l’église disparue. Là où s’élevait autrefois l’autel, on trouve désormais une estrade en béton prête à accueillir des artistes dans un cadre très verdoyant.
Dans un souci de préservation du site, il n’est ouvert qu’aux visiteurs que du vendredi au dimanche de 14h00 à 18h00.

Les Béguinages : Les béguines étaient des femmes seules, qui vivaient ensemble dans un « Béguinage » à l’instar d’une communauté catholique.

Portus Ganda : Ganda, nom original de Gand, est née au confluent de la Lys et de l’Escaut. Aujourd’hui, se trouve à cet endroit un port de plaisance pour les gens de passage, Portus Ganda.

Château du comte des Flandres (10€) : Ce haut lieu touristique est une forteresse dont le passé mouvementé est étroitement lié à l’histoire politique et sociale complexe et souvent tourmentée de la ville. Il s’agit du seul château fort médiéval en Flandre dont le système de défense est encore à peu près intact.
Le parcours audioguidé, au son de la voix de l’humoriste gantois Wouter Deprez, vous emmène à la découverte du château et de ses alentours. Il vous raconte son histoire, émaillée d’anecdotes et de combats chevaleresques passionnants.
Avec sa vue imprenable sur Gand, la visite du château est un passage indispensable si vous venez sur Gand, l’une de mes visites préférées lors de mon séjour en Belgique.

Prinsenhof : au 14e siècle, le château des Comtes n’ayant plus grâce aux yeux du Comte de Flandre, il déménage au « Hof ten Walle ».
C’est là que naît l’empereur Charles Quint en 1500 et depuis ce quartier est appelé le Prinsenhof.

Ce quartier est si paisible est vraiment très beau à voir avant d’aller visiter le château.

Visite en Bateau (7) : Je me suis trouvé une réelle passion pour les visites en bateau, je trouve que c’est un moyen super agréable d’avoir une vue d’ensemble sur la ville, de découvrir l’histoire des monuments et d’avoir les anecdotes du guide.
Et voici une idée de ce que vous pouvez apercevoir lors de la visite.

La ruelle aux graffitis « Werregarenstraat » : Créée comme un projet temporaire à l’occasion de l’édition 1995 des Fêtes de Gand, cette ruelle aux graffitis constitue depuis des années un carnet de croquis dynamique, une promenade à travers le street art du moment et donne carte blanche aux nombreux artistes graffeurs de Gand.

Festival du Food truck : Lorsque je suis arrivée à Gand, j’ai découvert que c’était le Festival du Food truck.
Nourriture, cocktail musique et bonne ambiance était au rendez-vous et c’est sans doute cette ambiance si chaleureuse que j’ai le plus aimé dans cette ville.
En Belgique, il y a ce qu’on appelle le « fritekot », ce qui équivaut à la fameuse « baraque à frites ».
Les « fritekot » sont les ancêtres des food trucks. Auparavant, il y en avait un peu partout, une ancienne caravane ou abri de jardin que l’on transformait.
La différence avec les food trucks, c’est qu’elles n’étaient pas itinérantes.

Une seule règle d’or, respectez les œuvres qui sont meilleures que les vôtres !

Où dormir ?

Nous avons dormi à l’hôtel « Vakantielogies Cathedral » idéalement situé à 15 min du centre-ville, endroit très propre même si la salle de bain était sur le palier, le petit déjeuner est super copieux et le personnel très gentil avec de très bon conseil.

Pour le coup, je n’ai pas de bonnes adresses restaurant à vous partager, car nous avons mangé que sur les stands de Food truck.
Par contre, j’ai une adresse à vous déconseiller, la brasserie Vaudeville, attrape touriste des gaufres surgelé à plus de 6€, un personnel pas très agréable, bref je ne recommande pas.

Pour rédigé cet article, je me suis aidé du site internet de l’office du tourisme de la ville de Gand afin d’avoir une meilleure explication des monuments.

Armada de Rouen

Au début des années 1980, Jean Lecanuet, maire de Rouen, cherchait une idée pour animer et faire revivre les quais. A l’époque, ces derniers étaient à l’abandon. Son adjoint, Patrick Herr lui proposa une course entre Rouen et New York afin de célébrer le centenaire de la statue de la Liberté en 1986. Rappelons que le 17 juin 1885, la Statue arrivait à New York à bord de la Frégate l’Isère, la fin d’un voyage parti de Rouen un jour de mai 1885. La statue avait été imaginée par le sculpteur Bartholdi construite et offerte par la France. Elle fut dévoilée au grand jour le 28 octobre 1886.

Jean Lecanuet n’était pas sûr que l’idée séduirait les Rouennais.
Patrick Herr insista et huit multicoques furent au départ de la course appelée Course de la Liberté. Afin de donner un air de fête à cette manifestation, il proposa la première Grande Pagaille : course d’OFNI (Objets flottants non identifiés), un grand défilé dans les rues de Rouen à l’américaine, avec majorettes, voitures décapotables et confettis.

Le public fut au rendez-vous tant sur les quais, à l’époque non encore rénovés, que dans les rues ou sur les berges.
La première édition se déroule du 9 juillet au 16 juillet 1989. Elle porte le nom de Voiles de la Liberté car elle célèbre le bicentenaire de la Révolution française.
Le 6 juillet 1989, le britannique Kaskelot est le premier grand voilier à entrer dans le port de Rouen, suivi le lendemain du français Belem. Au total, ce sont 21 grands voiliers qui répondent présents

Du 6 au 16 juin s’est déroulé la 30eme édition de l’Armada de la liberté.
Lors de c’est 10 jours de festivité, où 45 bateaux et 8000 marins de différentes nationalités été présente réuni pour représenter leur pays.

La métropole de Rouen avait organisé plusieurs activités telles qu’une fresque géante à colorier bien-sûr sur le thème marin, un pop parc avec des animations pour les enfants, une grande roue, des feux d’artifices tirés tous les soirs, des concerts gratuits avec des têtes d’affiches comme Benabar, Dadju, les Magics System… Et pour faciliter les déplacements, les lignes de bus ouverts jusqu’à 2h du matin avec un passage tous les 15min, vraiment génial pour éviter de prendre la voiture et se retrouver dans les bouchons.

Pour les plus chanceux et les personnes armées de courage, de 10h à 16h vous aviez la possibilité de monter à bord et de visiter les bateaux.
J’ai eu la chance de visiter « l’Omann II », un bateau magnifique et une ambiance incroyable avec des marins qui n’hésitaient pas à chanter, danser et à partager avec le public venu regarder de plus près leur bateau.

Le mercredi 12 juin avait lieu le fameux défilé des marins, un moment de partage et de festivité dans les rues pour applaudir les marins présents, les bénévoles et le président de ce joli évènement.

Le dimanche 16 juin, dernier jour de l’armada, la descente des bateaux était également un évènement à ne pas rater, plusieurs points de vue comme La Bouille, Duclair, Rouen ont été pris d’assaut pour pouvoir assister au départ des bateaux.

Un petit article qui contient plus de photo que de texte, mais j’avais très envie de partager avec vous ce moment et ces images.

2 jours à Bruxelles

Je vous embarque avec moi pour deux jours à Bruxelles, la capitale Belge.
Équipez-vous d’une bonne paire de chaussure, car il y a beaucoup à faire en deux jours alors, en route.

Atomium : l’Atomium est aujourd’hui l’attraction la plus populaire de la capitale de l’Europe.
Construite lors de la première exposition universelle d’après-guerre [Expo 58], ses neuf sphères figurent un cristal élémentaire de fer agrandi 165 milliards de fois et incarnent la confiance que l’on avait alors en la science et le progrès.

L’Atomium propose aujourd’hui à ses visiteurs :
Une balade surréaliste à travers tubes et sphères
Le plus beau panorama (360°) sur Bruxelles et ses environs [92m]
Une pause-déjeuner bien méritée à 95m de haut
Une exposition permanente sur le thème de l’histoire du bâtiment
Des expositions temporaires aux thèmes variés
Une boutique de cadeaux souvenirs

Vous pouvez réserver vos billets en ligne

Parc de Laeken :

Situé sur le parcours de la Promenade Verte, le parc de Laeken fait partie d’un vaste ensemble paysager comprenant le Domaine Royal et plusieurs parcs environnants du nord de Bruxelles (Osseghem, Jardins du Fleuriste, Sobieski, Colonial, etc.).

Le site présente un aménagement paysager de style français (l’un des rares exemples en Belgique), avec de larges avenues, des sentiers sinueux, de vastes pelouses, des parterres fleuris, des bosquets et des massifs d’ifs et de lauriers cerises. Lorsque le soleil est de la partie, la disposition des arbres crée un décor et un jeu d’ombre et de lumière. Le monument de la Dynastie en est le point d’orgue, accessible par deux allées sinueuses.

À ne pas rater, chaque année, au printemps, les Serres de Laeken sont ouvertes au public durant environ trois semaines. Cette tradition, vieille d’un siècle, est toujours respectée.
Mon seul regret de ce voyage, les serres venaient de fermer quand je suis partie en Belgique.

Tour japonaise et pavillon chinois : Situés dans le quartier du Mutsaard, ces constructions, mélange de techniques locales et d’éléments importés, érigées en lisière du domaine royal de Laeken. Elles font partie de réalisations suscitées par le roi Léopold II, qui avait le projet de construire toute une avenue bordée de monuments représentants les différents styles exotiques.
Malheureusement en rénovation ou alors menacer d’effondrement, il n’est pas possible de visiter l’intérieur de ces bâtiments cependant, ça reste magnifique à voir de l’extérieur.

Mini Europe : Situé au pied de l’Atomium, MINI-EUROPE est le seul parc où, en quelques heures, vous voyagez à travers l’Europe. Un périple que vous ne ferez nulle part ailleurs. Flânez dans les atmosphères typiques des plus belles villes du Vieux Continent. Le carillon incomparable de Big Ben vous accueille au coeur de Londres. Les gondoles et les mandolines vous font découvrir les charmes de Venise. Suivez le Thalys de Paris jusqu’à l’autre bout de la France. Déclenchez vous-même les animations: l’éruption du Vésuve, la chute du mur de Berlin, la corrida à Séville et tant d’autres…
Au total 350 maquettes et animations d’un niveau de finition inégalé. Visitez aussi la toute nouvelle expo Spirit of Europe, riche en jeux multimédia interactifs.

Grande place : La Grand-Place est le lieu le plus célèbre, animé et photographié de Bruxelles. Avec des dizaines d’édifices célèbres, elle constitue l’un des ensembles architecturaux les plus beaux d’Europe.

La Grande Place est composée d’un ensemble architectural impressionnant qui fait que les visiteurs ne savent plus où donner de la tête.
Ceux-ci sont quelques-uns des bâtiments les plus photographiés pour leur importance et leur beauté :

Hôtel-de-Ville : Situé au sud-est de la place, l’Hôtel-de-Ville est le joyau architectural le plus important et le plus ancien de la place. À l’intérieur du bâtiment se trouve une tour datant de 1459, de 96 mètres de haut, surmontée d’une statue de Saint-Michel et présente un toit perforé d’une dizaine de lucarnes. Des visites guidées sont proposées, mais les horaires sont réduits : les mardis et mercredis après-midi en néerlandais (13h45), en français (14h30) et en anglais (15h15).
Sur la gauche de l’Hôtel-de-Ville se trouve une statue en bronze ; la légende raconte que, toucher son bras porte chance. Il s’agit de la statue d’Everad’t Serclaes, exécuté au XIVe siècle tandis qu’il défendait la ville de Bruxelles.

Maison du Roi : La Maison du Roi a été construite en 1536 et réformée en 1873. Pendant des années, elle a été le lieu de résidence des monarques. Aujourd’hui, ce bâtiment accueille le Musée de la Ville, dans lequel sont exposées des tableaux du XVIe siècle, quelques tapisseries et des petits costumes qui font partie de la garde-robe du Manneken Pis.

Maison des Ducs de Brabant : Du numéro 14 au numéro 19 de la place se trouve un ensemble d’édifices néoclassiques d’origine flamande, formé de sept maisons de corporations.

Le Pigeon : Entre le numéro 26 et 27 de la place se trouve Le Pigeon, une propriété qui a servi de résidence à Victor Hugo lors de son exil en Belgique, en 1852.

Le Renard, Le Cornet et Le Roy d’Espagne : Dans le même bâtiment se trouvent les sièges des corporations Le Renard – qui date de 1690 – et Le Cornet – qui remonte à 1697. Le Roy d’Espagne est le bar le plus prisé de la Grand-Place ; outre la bière, il offre une vue privilégiée depuis sa terrasse. Sa façade présente un buste de Charles II d’Espagne, souverain de Belgique au XVIIe siècle.

Manneken-Peace : Haut comme trois pommes, avec ses 58 cm, Manneken Pis est passé du statut de fontaine à celui de symbole de Bruxelles, connu dans le monde entier. Cette statue incarne l’insouciance et la résistance bruxelloises.
Situé à l’angle de la rue de l’Étuve et de la rue du Chêne, il est considéré comme le plus vieux citoyen de Bruxelles. Les archives de la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule indiquent qu’il servait déjà de fontaine publique en 1388. Ce n’est qu’en 1619 que le Manneken Pis en pierre a cédé sa place a une statue de bronze.

La légende la plus célèbre raconte qu’il s’agit d’un jeune garçon qui a sauvé Bruxelles de la débâcle. L’ennemi assiégeait la ville et voulait faire exploser les murs épais de la ville à la poudre à canon. Heureusement, un petit garçon pris d’un besoin urgent passa par là et éteignit la mèche en urinant dessus.
Une autre légende raconte qu’un petit garçon soulagea son envie pressante contre la porte de la sorcière. Furieuse, elle maudit le gamin : pour le punir, il devrait rester dans cette position indécente éternellement. Un brave homme ayant assisté à toute la scène remplaça vite le petit garçon par une statue pour le libérer de ce mauvais sort. Depuis lors, la statue continue joyeusement son œuvre.

Passage du nord : Le passage du Nord est une galerie commerçante qui relie le boulevard Adolphe Max à la rue Neuve.

Galerie de la reine : Cette galerie forme avec la galerie du Roi et la galerie des Princes un ensemble architectural unique : les galeries royales Saint-Hubert. Ce sont des galeries couvertes comprenant de nombreux magasins. On y trouve un grand nombre des fournisseurs brevetés de la Cour de Belgique.

Palais de justice et son point de vue :

Lorsque sa construction s’est achevée en 1883, le Palais de Justice était le plus grand édifice au monde.
Aujourd’hui, il reste encore l’un des plus spectaculaires. Aujourd’hui encore, il s’agit du siège des tribunaux de justice de Belgique.
Avec ses dimensions, 26 000 mètres carré de superficie et 104 mètres de haut, et sa situation dans la partie haute de Bruxelles, l’édifice est visible depuis presque n’importe quel point de la ville.

La plus belle vue panoramique sur Bruxelles s’obtient depuis la Place Poelaert, située à l’entrée principale du Palais de Justice.

Jardin Botanique : Il est aujourd’hui un parc urbain pris en étau dans le tissu routier du quartier nord de Bruxelles. De sa vocation première de jardin botanique, il conserve un mélange de styles (français, italien, anglais) et une grande variété d’arbres et de plantes.
S’étendant sur plus de 6 ha, ce parc aménagé en terrasses fut inauguré en 1829. La terrasse la plus haute, au pied de l’orangerie, est de construction géométrique à la française.

L’étage intermédiaire, à la mode italienne, comporte une roseraie en étoile et le jardin de l’Iris où fleurissent, d’avril à juin, quelque 40 variétés d’iris, symbole de la Région de Bruxelles-Capitale.
La dernière partie du jardin descend en pente douce vers l’étang par des sentiers sinueux. Les pelouses sont parsemées d’arbres et encadrent des aires de repos.

Bruxelles regorge d’œuvre de steet art et selon moi, le meilleur pour pouvoir découvrir ces œuvres et de se balader dans les rues, vous tomberez forcément dessus.
Cependant je vous conseille la fresque sur les schtroumpfs situés sur le plafond du passage Infante Isabelle.

Bonne adresse 
Café Charbon, un café avec une très bonne ambiance avec un très bon rapport qualité prix.

Où dormir ?
Nous avons dormi au Sleep Well Youth Hostel qui est une auberge de jeunesse avec des chambres individuelles.
Très bien située, chambre confortable malgré un petit-déjeuner basique, je vous recommande cet hôtel !

J’espère que cet article vous donnera envie de découvrir Bruxelles, une ville vraiment très étonnante et qui vaut le déplacement.

Mes séries du moment

THE GOOD PLACE : 3 saisons

Après avoir été percutée et tuée par un semi-remorque, Eleanor se réveille dans ce qui semble être la vie après la mort. Lorsque Michael, l’Architecte des lieux, lui apprend qu’elle est au « Bon endroit » compte tenu ses bonnes actions, elle réalise qu’elle a été confondue avec quelqu’un d’autre. L’arrivée d’Eleanor pourrait bien mettre en péril l’équilibre de ce monde où personne ne jure ou ne boit jamais d’’alcool à outrance. La jeune femme va devoir travailler sur elle-même afin de devenir une meilleure personne si elle souhaite conserver sa place dans l’au-delà. Bien entendu, elle sera épaulée par de nouvelles connaissances à l’instar de Chidi, son « âme soeur » qui voit toujours le bon côté des gens, ses voisins un peu trop parfaits Tahani et Jianyu, et enfin Janet, véritable source de savoir ambulante…

Cette série sans prise de tête est vraiment très sympa à regarder le soir pour se détendre.

DANS LEURS REGARD : 4 épisodes

Tiré d’une histoire vraie, 5 adolescents, Raymond Santana, Kevin Richardson, Antron McCray, Yusef Salaam, et Korey Wise. Quatre Afro-américains et un Hispanique âgés de 14 et 16 ans sont accusés et emprisonnés pour le viol d’une jeune fille en 1989 à Central Park, alors qu’ils sont innocents.

Bouleversante, cette série, qui m’a passionné, retrace les années de combats de ces hommes pour prouver leurs innocences. Je ne peux que vous la recommande.

THE PUNISHER : 2 saisons

Après s’être vengé de ceux responsables de la mort de sa femme et de ses enfants, Frank Castle décèle un complot qui va bien plus loin que le milieu des criminels newyorkais. Désormais connu à travers toute la ville comme The Punisher, il doit découvrir la vérité sur les injustices qui l’entourent et touchent bien plus que sa seule famille.

Attention cette série comporte beaucoup de scènes de violence, sang… Je ne suis pourtant pas fan de ce style de série mais je dois avouer que le « Punisher » et son histoire hors du commun ont su me captiver et j’espère une saison 3 !

RIVERDALE : 3 saisons

C’est la rentrée dans la petite ville de Riverdale, qui se remet doucement de la mort tragique du jeune Jason Blossom. Cette rentrée est un nouveau départ pour Archie Andrews qui s’est décidé à faire carrière dans la musique malgré la fin de sa relation secrète avec sa professeure de musique qui lui sert de mentor et la fragilité de son amitié avec son meilleur ami Jughead Jones.
De son côté, sa meilleure amie Betty Cooper, secrètement amoureuse de Archie, doit faire face à sa mère surprotectrice qui la drogue aux médicaments. Mais tout va commencer à changer pour elle quand elle va faire la connaissance de Veronica Lodge, une nouvelle et riche élève qui arrive en ville à la suite d’un scandale ayant touché de près à sa famille.

Mais tout ceci n’est qu’une partie de nombreuses histoires et secrets qui peuplent Riverdale, une ville calme et à l’image parfaite, mais qui cache dans l’ombre de nombreux dangers et une face très sombre.

J’ai vraiment bien accroché avec cette série dès le début et même si j’ai trouvé la dernière moins bien, la fin a su me convaincre.

ATYPICAL : 2 saisons

En quête d’amour et d’indépendance, Sam, un jeune autiste de 18 ans découvre les aléas du passage à l’âge adulte. À la fois drôle et douloureux, ce cheminement à la découverte de lui-même bouleverse toute sa famille dont les membres, confrontés aux changements qui affectent leur propre existence, se posent cette question fondamentale : que signifie être normal ?

Cette série qui aborde le sujet de l’autisme est très touchante, on suit Sam, passionné par les manchots, dans sa vie d’adolescent hors du commun lié à son handicap.  


Et vous, quelles sont vos séries du moment ?

3 jours à Strasbourg

Dans le cadre d’un déplacement professionnel, je me suis rendu à Strasbourg pendant 3 jours et j’ai pu également visiter la ville.

J’avais déjà eu l’occasion de venir à Strasbourg, mais en une seule journée, alors autant vous dire que l’on ne fait pas grand-chose en si peu de temps.

Quoi faire ?

La Grande Ile : En 1988, l’UNESCO a inscrit « Strasbourg – Grande Ile » sur la prestigieuse liste du patrimoine mondial de l’humanité. Cette liste regroupe des sites culturels et naturels sélectionnés pour leur valeur universelle exceptionnelle, héritage du passé dont chacun peut profiter aujourd’hui et qui sera transmis aux générations à venir.
Délimitée par l’Ill et le canal du Faux-Rempart, la « Grande Ile » est reliée par 21 ponts et passerelles au reste de la ville, dont elle constitue le noyau historique.
Elle renferme un ensemble monumental d’une remarquable qualité. La flèche unique de la cathédrale domine la ville au-dessus de toitures pentues à plusieurs étages de lucarnes.

Les églises Saint-Thomas, Saint-Pierre-le-Vieux, Saint-Pierre-le-Jeune et Saint-Etienne, les bâtiments de l’Œuvre Notre-Dame, de l’ancienne Grande Boucherie, du Neubau (actuelle Chambre de Commerce et d’Industrie), du Palais Rohan ainsi que de l’Aubette… ne sont pas des monuments isolés mais des éléments d’un tissu urbain très dense. Etabli dès l’époque romaine, ce patrimoine est représentatif de l’évolution de la ville du Moyen Age à nos jours.

La petite France, c’est le quartier le plus pittoresque du vieux Strasbourg. Les pêcheurs, les meuniers et les tanneurs vivaient et travaillaient autrefois dans ce quartier bâti à fleur d’eau.
Les magnifiques maisons à colombage datent des XVIe et XVIIe siècles. Leurs toits pentus sont ouverts sur des greniers où séchaient autrefois les peaux.
C’est mon coup de cœur, ce petit quartier regorge d’endroits magnifiques et typiques Alsaciens.
Vous trouverez même des magasins spécialisés dans les décorations de Noël !

Barrage Vauban : A quelques mètres des Ponts Couverts, le Barrage Vauban ou Grande Ecluse -puisqu’elle permettait d’inonder en cas de besoin tout le front sud de la ville- fut construit aux alentours de 1690 par Tarade d’après les plans de l’ingénieur militaire Vauban. Au sommet du bâtiment a été aménagé une agréable terrasse panoramique, d’où l’on peut admirer d’un coup d’œil le tracé de la ville et celui de ses canaux.

La cathédrale Notre dame : Elle est fondée en 1015 sur les vestiges d’une précédente cathédrale et sera élevée à partir de 1220 par la ville libre de Strasbourg, riche république marchande et financière, dans le style gothique.
C’est aujourd’hui la deuxième cathédrale la plus visitée de France, après Notre-Dame de Paris, soit huit millions et demi de touristes par an.

Quartier européen : le quartier européen de Strasbourg hérite son nom du fait qu’il accueille toutes les institutions européennes ayant été placées dans la ville alsacienne : Parlement Européen, conseil, palais des droits de l’homme et lieu d’Europe.

Comment se déplacer, visiter la ville ?

La ville est très bien équipée en matière de piste cyclable, j’ai été très étonné de voir autant de monde à vélo, je trouve que c’est une très bonne idée pour découvrir la ville si on veut prendre son temps et profiter de chaque endroit !

Vous avez aussi Batorama, qui vous permet de voir plus une cinquantaine de lieu incontournable en peu de temps, un audio guide vous racontera l’histoire des bâtiments et les anecdotes à savoir sur Strasbourg.
La balade en bateau dure 1h15 pour un prix de 13€, vous avez la possibilité de choisir de faire la balade avec un bateau couvert d’un toit ou sans et vous pouvez réserver directement en ligne.
Je vous recommande cette balade c’est vraiment très agréable de visiter la ville sans courir partout.

Où manger ?

Les chefs d’œuvre d’Alsace : on s’est régalé avec des baguettes gratinées, rapport qualité/prix imbattable !

Binchstub : pour manger une flammekueche typique cuite au feu de bois, un régal !

Tire-bouchon : l’adresse parfaite pour manger une choucroute

Où dormir ?

Hôtel mercure centre : le personnel est très agréable, les chambres spacieuses et le petit-déjeuner pour tous les goûts (sucré/salé) et surtout l’emplacement en plein centre ville avec un accès rapide aux endroits incontournables.

J’espère que cet article sur Strasbourg pourra vous donner des idées de choses à faire et à voir si vous vous rendez dans cette ville.
J’aimerais beaucoup y retourner pendant la période de Noël afin de faire le marché de Noël qui a l’air extraordinaire et pour visiter encore plus cette ville que j’ai tant aimé.